You are here

Hommage à notre paysannerie

Accession number: 
1938.0036

Producers:

Directors:

Directors of Photography:

Production Years: 
1938

Languages:

Film Properties: 
Length (minutes): 
37
Holding Institutions: 

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Ville de Québec, Québec: 16mm, VHS, DVD.
"Rappel des conditions de vie des paysans dans la première moitié du 20e siècle: la maison qu'ils habitent, les instruments aratoires dont ils se servent, les granges qu'ils bâtissent, les relations parentales qu'ils ont privilégiées."

Cinémathèque québécoise, Montréal, Québec.
"Plus qu'une simple illustration et défense de la civilisation paysanne, ce documentaire veut démontrer l'affirmation politique de la nécessité de la terre. À travers Nazaire Champagne, fondateur de Saint-Gérard des Laurentides, et à travers Mgr Félix-Antoine Savard, curé-fondateur de villages en Abitibi, toute une tranche d'histoire québécoise s'offre à notre réflexion."

Bibliothèque du Cégep de Trois-Rivières, Trois-Rivières, Québec: VHS.
"Plus qu'une simple illustration et défense de la civilisation paysanne, ce documentaire veut démontrer l'affirmation politique de la nécessité de la terre. À travers Nazaire Champagne, fondateur de Saint-Gérard des Laurentides, et à travers Mgr Félix-Antoine Savard, curé-fondateur de villages en Abitibi, toute une tranche d'histoire québécoise s'offre à notre réflexion."

Bibliography: 

Patrick Bossé, Politiques d'un cinéma vers l'État-nation : hommage à notre paysannerie (1938) de l'abbé Albert Tessier. Masters thesis, Concordia University, 2008.
"L'activisme de l'abbé Albert Tessier passe ouvertement du régionalisme au nationalisme avec son film Hommage à notre paysannerie (1938). Dès 1913, Tessier immortalise sur pellicule les visages, les moeurs et les espaces de sa région de naissance, la Mauricie. Suite à sa nomination en 1937 à titre de visiteur officiel des Écoles ménagères, il voyage à travers la province de Québec en toutes saisons et en profitent pour capter de nombreuses images de sa patrie. Il constate une condition commune chez les paysans canadiens-français en toutes parts du territoire couvert. Avec son matériel filmique accumulé aux quatre coins de la province, il entame la création d'un portrait protoréaliste de la paysannerie canadienne-française. Son film lui servira à plus de 1 500 reprises lors de conférences éducatives pour révéler à chaque spectateur paysan, chaque public croyant, leur possibilité de vivre une vie saine, sainte et indépendante par l'agriculture en famille avec des structures efficaces dans leur village. Les lumières philosophiques de Platon, Aristote et Rousseau découvrent dans Hommage à notre paysannerie la forme d'une constitution divine réunissant les paysans et les membres du clergé comme citoyens autour d'une même foi, même voie. Des analyses séquentielles et par image expliquent la teneur des recommandations de Tessier à ses fidèles. L'apport théorique de Rancière révèle la qualité première recherchée par Tessier pour les paysans dans son projet national: le principe d'égalité. Hommage à notre paysannerie se confirme ainsi comme une véritable oeuvre d'art politique."

Peter Morris, Embattled Shadows: A History of Canadian Cinema, 1895-1939, (Montreal/Kingston: McGill-Queen's University Press, 1978).

René Bouchard, Filmographie d’Albert Tessier (Montreal: Éditions du Boréal Express, 1973), 75–76.
"Plus qu'une simple 'illustration et défense' de la civilisation paysanne, ce documentaire originellement constitué de quatre bobines de 400 pieds et réduit maintenant à deux bobines, veut démontrer l'affirmation politique de la nécessité de la terre. Il veut dire que par son autarcie économique et culturelle héritée en droite ligne de l'intendant Talon, la population agricole du Québec a su résister aux lourdes pressions qui ont pesé sur le pays dans le cours du XVIIIe siècle et du XIXe siècle et qui auraient pu le démembrer."

Gouvernement du Québec: Ministère des Communications, Direction générale du cinéma et de l’audiovisuel, Catalogue des films d’archives, volume 2 (Québec: Éditeur officiel du Québec, 1978), 146.
"Évocation réaliste et authentique de la civilisation paysanne. La sagesse paysanne, calme, paisible, dégagée, sereine."